Les Unions Départementales CGT, FO, FSU, Solidaires s’indignent et condamnent fermement l’attitude du gouvernement qui répond par la répression aux
 revendications qui s’expriment partout dans tout le pays.

Manifestation Vendredi 14 décembre
à 14h00 au Peyrou

en direction de la Préfecture
suivi par une audience en Préfecture

Aujourd’hui dans un climat très dégradé, la mobilisation des gilets jaunes a permis l’expression d’une colère légitime. Face à cette colère qui s’étend (salariés, chômeurs, retraités, lycéens...) le gouvernement s’enferme dans la politique de casse sociale et répond par la répression d’État, notamment à l’égard de la jeunesse qui se mobilise contre
Parcoursup et la réforme Blanquer.

La solution n’est pas la répression mais dans la prise en compte des revendications :

  • Arrêt de la violence d’État
  • Hausse immédiate du SMIC pour aller à 1800 euros
  • Augmentation générale des salaires et des pensions
  • Revalorisation du pont d’indice des fonctionnaires
  • Ré indexation des salaires, des pensions et des retraites sur le coût de la vie
  • Développement de tous les services publics sur tous les territoires
  • Retour à la retraite à 60 ans et abandon de toute réforme de retraite par points
  • Abandon de toutes les réformes concernant les lycéens et les étudiants
  • Abrogation des réformes qui détricotent le droit du travail et la protection des salarié-e-s (loi « El Khomri », ordonnances « Macron »)

Le gouvernement doit ouvrir immédiatement des négociations sur ces revendications. Les Unions Départementales appellent les salarié-e-s, les étudiants et les lycéens à
se réunir en assemblées générales et à décider de l’action nécessaire à la satisfaction de ces revendications y compris par la grève.